discours Le Hyaric fête de l huma

revuedepresse

inconnu

Le buste de Maxime Vivas exposé
Publié le 22/05/2015 à 03:49
Médiathèque
inconnu
Lors de la séance de pose en public./Photo DDM R.C.
inconnu
La médiathèque a proposé plusieurs animations autour des artistes muretains Juliette Marne, auteure, et Gérard Lartigue, sculpteur.
Juliette Marne scrute les visages d'écrivains créés par Gérard Lartigue pour amener dans son univers littéraire… La Tâche bleue (éditions Auzaz), un recueil de nouvelles, est son premier ouvrage.
Gérard Lartigue, peintre et sculpteur né au Mexique, est un artiste déjà bien connu dans la région.
Après de nombreuses années où il s'est dédié exclusivement à la peinture, il a découvert ce matériel qu'est l'argile et qui répondra à la pression de ses doigts comme s'il contenait déjà la forme en soi.
Il se voit comme «l'interprète d'un visage, qui est pour lui l'œuvre créée par l'être humain qui possède ou possédait la tête en question. Il ne se considère pas comme l'auteur absolu des bustes exposés. Chaque personne passe toute une vie à sculpter son propre visage. L'artiste, lui, passe quelques jours à le figer dans l'argile. Le visage est une mine d'informations. Le sculpteur recherche dans chaque trait les idées, les expériences, les peines et les joies… toutes les marques laissées sur chaque millimètre de peau par le passage du temps».
L'atelier de Gérard Lartigue se trouve dans l'ancienne briqueterie Rondé route d'Ox.
Gérard Lartigue a réalisé en direct, devant un public nombreux, le buste de Maxime Vivas, écrivain. Le buste terminé est actuellement exposé.

La Dépêche du Midi




Capture d’écran 2015-03-20 à 21.38.28

Venez vous faire sculpter le portrait !
Article exclusif réservé aux abonnés
VOIR L’OFFRE DIGITAL
Votre crédit de bienvenue en cours : 15 articles
Publié le 16/03/2015 à 03:54, Mis à jour le 16/03/2015 à 07:53
Muret (31) - Médiathèque
inconnu
Sculpteur et modèle face à face devant un public curieux. /Photos DDM Robert Castéra
inconnu
Voilà une animation inédite qui a fait accourir plus de cent personnes à la médiathèque, dans la continuité de l'exposition de bustes d'écrivains et de journalistes réalisés par le sculpteur muretain Gérard Lartigue.
Devant les portraits en terre des six journalistes de Charlie-Hebdo victimes du terrorisme, Gérard Lartigue avait installé un piédestal et les bibliothécaires un fauteuil. Après une présentation du projet par Juliette Marne, compagne de vie et d'art du sculpteur, auteure de nouvelles réunies sous le titre «La tâche bleue», l'écrivain Maxime Vivas fut invité à s'asseoir dans le fauteuil, pour à la fois servir de modèle et répondre, avec humour et à propos, à une sorte de «questionnaire de Proust» concocté par la bibliothécaire Sophie Mossion.
Un visage, une vie
Les deux choses n'étant pas incompatibles, contrairement à ce que pensait la majorité des spectateurs suspendus à ses gestes. Très rapidement, sous les doigts habiles du Gérard Lartigue, le modelé du visage de l'écrivain devient une évidence. «Cela me fait peur», plaisante ce dernier, après avoir entendu que l'on voit toute la vie de quelqu'un sur son visage.
Mais, avertit l'auteur d'essais, de romans, journaliste régional et engagé, «Je suis très secret». Le temps de deux pauses «pour faire sécher l'argile», Gérard Lartigue répond aux questions techniques des spectateurs.
À la fin du questionnaire, Maxime Vivas se met debout et enlève ses lunettes pour les touches finales, en face-à-face avec le sculpteur, tandis que les spectateurs s'agglomèrent autour d'eux, commentant la ressemblance.
Après le pot de l'amitié, Gérard Lartigue emporte le buste dans son atelier de l'ancienne briqueterie Rondé pour le peaufiner. Reviendra-t-il – avec ses lunettes- sécher à la médiathèque, comme celui du muretain Bernard Maris, chroniqueur économiste à Charlie-Hebdo ? Ceux qui ont assisté à sa naissance (et les autres) aimeraient bien voir le résultat final.

Évelyne Encoyand


inconnu


Et ils étaient où… les «Charlie» ?
Publié le 05/09/2015 à 09:06

inconnu
Gérard Lartigue, sculpteur ; «Charly» Bouhana, le président du Cuba si France ; Francis Castéran, organisateur de la Fiesta cubaine, devant les bustes des journalistes de «Charlie Hebdo»./Photo C.S.
inconnu
On pouvait espérer plus de monde pour l'hommage rendu aux journalistes de «Charlie Hebdo», samedi dernier, à l'occasion de la Fiesta cubaine de Nistos.
À l'occasion de la Fiesta cubaine de Nistos, un hommage a eu lieu samedi dernier, en milieu d'après-midi, aux journalistes et dessinateurs de «Charlie Hebdo» assassinés. Des bustes réalisés par le sculpteur, Gérard Lartigue ont été dévoilés. Mais force est de constater qu'à part les organisateurs, des sympathisants communistes et du Front de gauche, venus en nombre, et sans doute des villageois et des «aficionados» de la Fiesta cubaine, peu de monde s'est rendu à Nistos pour ce rendez-vous du souvenir.
Ils étaient où, tous les «Charlie» qui s'agglutinaient dans les rues, en janvier dernier ?
Là aussi, le soufflé est retombé, le phénomène de «mode», de meute est passé… En attendant le suivant… Comme ces derniers jours, avec l'émotion collective suscitée par la photo d'un enfant migrant retrouvé mort sur une plage. Mais qu'en sera-t-il quand il faudra accueillir des migrants chez nous ? Un même engouement ? Pas sûr.
Un événement chasse l'autre, dit-on… Terrible, cynique !
Heureusement, on fait de belles rencontres à Nistos, comme celle avec «Charly», le bien nommé, le président de Cuba si France. Un type entier. Fidèle à ses amis et à ses idées. Qui n'a pas attendu la télévision pour s'intéresser au sort du peuple cubain. «Il n'y a pas que le capital, le fric dans la vie ; le social, l'humain ça compte.» Le tout dit. Le cigare aux lèvres. Le regard droit. Ouf ! Charb, Wolinski et tous les autres ne sont pas morts, pour rien…

Le chiffre : 400
personnes présentes le soir > Pour écouter la musique cubaine à Nistos. Une satisfaction.

«Une sculpture, ça reste»
«Après le massacre à «Charlie Hebdo», nous étions sous le choc. Cela nous tombait dessus et on ne savait pas comment exprimer notre douleur. On s'attaquait à nous et on ne savait pas pourquoi. Je me suis informé sur ces journalistes et j'ai réalisé leurs bustes. Il fallait garder leur mémoire et que cet événement ne tombe pas dans l'oubli. Une sculpture, ça reste», confie Gérard Lartigue, sculpteur à Muret, qui a la volonté que les sculptures, actuellement en terre cuite, soient coulées en bronze.

C. Sarrabayrouse

La Dépêche du Midi

Recommandé par




Côté littérature et sculpture
Publié le 28/02/2015 à 03:48
Muret (31) - Médiathèque
inconnu
Juliette Marne et Gérard Lartigue à droite, en compagnie de Maxime Vivas./ Photo DDM EE
inconnu
Juliette Marne et Gérard Lartigue sont compagnons de vie et d'art à Muret. Elle, auteure, lui, sculpteur. Ils ont posé leur atelier commun dans les anciens locaux de la briqueterie Rondé, route d'Ox. Gérard Lartigue, qui sculpte des bustes d'argile, s'insère avec bonheur dans l'ancienne vocation du lieu.
Après l'attentat du 7 janvier contre Charlie-Hebdo, la médiathèque avait accueilli son buste de Bernard Maris, l'économiste qui avait eu une enfance muretaine. Une fois sec et cuit, il revient avec ceux des cinq autres dessinateurs tombés «pour la liberté d'expression».
Et, au premier étage, avec ceux de quatorze écrivains réalisés antérieurement.
Juliette Marne a rédigé les fiches posées sur le socle, brossant avec des mots des portraits psychologiques des modèles prenant vie sous les doigts de Gérard Lartigue.
Elle est également l'auteure d'un premier recueil de nouvelles intitulé «La tâche bleue» qu'elle a dédicacé après une rencontre avec une cinquantaine de lecteurs de la médiathèque.
L'écrivain Maxime Vivas assistait au vernissage de l'exposition, visible jusqu'au 19 mars. Il sera le modèle de Gérard Lartigue qui réalisera son buste en direct le mardi 10 mars à 18h30 à la Médiathèque François Mitterrand.

E.E.

La Dépêche du Midi



Un buste de Bernard Maris
Article exclusif réservé aux abonnés
VOIR L’OFFRE DIGITAL
Votre crédit de bienvenue en cours : 17 articles
Publié le 04/02/2015 à 08:52
Seysses (31)
inconnu
Un buste de Bernard Maris
inconnu
Le sculpteur muretain Bernard Lartigue a réalisé un buste de Bernard Maris en terre cuite et a proposé à la médiathèque de le laisser sécher dans le hall d'accueil. En attendant d'en réaliser d'autres à l'effigie des victimes de Charlie Hebdo.
L'économiste Bernard Maris avait passé une partie de sa jeunesse à Muret et confiait en avoir gardé un excellent souvenir. Il était également l'auteur de plusieurs ouvrages sur l'économie qui ont trouvé leur place à la médiathèque. Bernard Lartigue a mis en exergue une de ses citations : «Faisons un rêve : lorsque l'économie et les économistes auront disparu, auront disparu aussi le travail sans fin, la servitude volontaire et l'exploitation des humains. Régneront alors l'art, le temps choisi, la liberté».

E.E.

La Dépêche du Midi


Gérard Lartigue - La Dépêche du Midi

Gérard Lartigue - La Gazette du Comminges

inconnu

inconnu

inconnuinconnu


Montgras. Une nouvelle statue de la vierge
Publié le 13/09/2012 à 03:51
Montgras (31)
inconnu
L'assistance devant le monument aux morts, avec en arrière plan, la vierge./Photo DDM, Michèle Esparbès
inconnu
Soucieux de conserver le patrimoine, Patrick Carraro, le maire, et le conseil municipal de Montgras ont décidé de refaire une statue de la vierge. L'ancienne étant fissurée et un peu délabrée, les élus en ont fait créer une nouvelle.
C'est le sculpteur Gérard Lartigue qui a réalisé la sculpture de la vierge de Lourdes et Brigitte Bonnemaison la peinture en respectant l'essence de la représentation originale de la grotte de Massabielle. Après plusieurs épisodes jusqu'au final, elle a été installée sur son socle face à l'église par l'équipe du service technique de la communauté des communes.
Le dimanche de la fête locale, après la messe du souvenir, autour du maire et du conseil municipal, Jennifer Courtois, conseiller général, André Deladge, maire de Beaufort, la population de la commune se sont rassemblés devant la statue où Jean claude Vasseur, curé de Rieumes Saint Lys, a rappelé l'historique des apparitions et invité l'assistance à la prière. Suivait le dépôt de gerbe au monument aux morts.

La Dépêche du Midi



Les sculptures de Gérard Lartigue exposées
Publié le 16/07/2014 à 03:51, Mis à jour le 16/07/2014 à 08:18
Saint-Frajou (31)
Du 16/07/2014 au 27/07/2014
inconnu
(…)Gérard Lartigue vit aujourd'hui à Muret où il a son atelier. /Photo DDM
inconnu
La prochaine exposition présentée au musée de peinture de Saint-Frajou[1] est dédiée à Gérard Lartigue, peintre et sculpteur (…) Depuis plusieurs années, il vit à Muret où il a son atelier de sculpture et cet artiste est déjà bien connu dans la région.
À son sujet, Ksenia Milicevic du musée, nous confie : «J'ai rencontré Gérard au Mexique, lorsque jeune homme il commençait à peine à faire une incursion dans le monde de l'art. Il s'orientait à cette époque vers la peinture, mais son intérêt pour la matière se manifestait déjà. Je garde encore une de ses «recettes» pour la préparation des couleurs avec des pigments naturels si abondants au Mexique. Aussi, ce qui sera plus tard son sujet de prédilection, la figure humaine, peuplait déjà ses toiles. Son diplôme de Beaux-Arts en poche, Gérard s'est installé en Suède pour parfaire ses études et ensuite à Toulouse.
Après de nombreuses années où il s'est dédié exclusivement à la peinture, il a découvert ce matériel ductile et malléable qu'est l'argile et qui répondra à la pression de ses doigts comme s'il contenait déjà la forme en soi. Aujourd'hui, par une bizarrerie du monde, seuls quelques villages séparent l'atelier de Gérard du musée de peinture de Saint-Frajou qui est heureux de présenter ses sculptures jusqu'au 27 juillet dans sa nouvelle salle.
Le public pourra apprécier ses œuvres nées de son regard qui va au plus profond de l'être humain et de la matière inerte qui fait surgir un visage expressif et vivant». Le vernissage de l'exposition s'est déroulé samedi au Musée de Peinture.
La Dépêche du Midi


Saint-Orens-de-Gameville. Un sculpteur et philosophe à la médiathèque
Publié le 05/12/2013 à 03:52, Mis à jour le 05/12/2013 à 09:17
inconnu
Gérard Lartigue et son buste d'Albert Camus./Photo DDM.
inconnu
Le sculpteur, Gérard Lartigue a été invité à exposer ses œuvres à la bibliothèque du 2 au 20 décembre. C’est un artiste qui n’a pas de mémoire, pour échapper à cet oubli il a figé, d’abord dans la peinture puis dans la sculpture, ce qu’il perçoit du monde. Quand il modèle des formes, la matière se réveille et tout à coup prend vie. Après la cuisson la pièce ne changera plus jamais, la pièce en terre cuite est une sorte de photographie des mouvements de la matière ; voilà ce que ressent l’artiste. Grand voyageur, il a finalement décidé de s’installer dans la région toulousaine. Gérard Lartigue qui a reçu de nombreux prix, expose les bustes de philosophes comme Albert Camus, Alexandre Soljenitsyne, Friedrich Nietzsche, Julio Cortàzar, Michel Serres, Simone de Beauvoir et bien d’autres. Une rencontre avec l’artiste est programmée le mercredi 18, à 18 h 30 à la bibliothèque.
La Dépêche du Midi

inconnu





Les artistes occitans exposent à l'Espace Niel
Publié le 08/06/2013 à 03:49, Mis à jour le 08/06/2013 à 07:24
exposition
Du 08/06/2013 au 28/06/2013
inconnu
Une œuvre de Daniel Schintone, invité d'honneur./ Photo DR.
inconnu
Les «Artistes occitans», association de peintres et de sculpteurs, expose tous les ans depuis sa création en 1935, époque où être «occitan» signifiait avant tout être habitant du Languedoc... Son Salon de Printemps est accueilli jusqu’au 28 juin à l’Espace Niel, la Maison des Associations installée au 81, rue Saint Roch. Quelque 170 artistes et sculpteurs venant de toute la région, sélectionnés par un jury de professionnels de l’art, sont cette année au rendez-vous. Les invités d’honneur 2013 sont Daniel Schintone, peintre renommé de l’école toulousaine, et le sculpteur muretain Gérard Lartigue.
Pendant toute la durée de la manifestation, des animations artistiques sont organisées dans les jardins de la Maison des Associations. La prochaine, le 11 juin de 14h30 à 17 heures, est un atelier libre avec Colette Faure et Jacqueline Pré. Quatres artistes ont été primés par le jury: Caroline Faure, Alexandre Montourcy, Julie Perrault et Blandine Werthe ont reçu les prix du Conseil régional, de la Ville de Toulouse, du Conseil général et la mention spéciale. Récompensée pour «Homme sur poil éléphant», Julie Perrault est une toute jeune artiste de 16ans.
Espace Niel, Maison des Associations (81, rue Saint-Roch) jusqu’au 28 juin. Ouvert tous les jours (sauf dimanche) de 10h à 18h. Entrée libre.
La Dépêche du Midi

Capture d’écran 2015-10-24 à 17.31.40